Partager un repas

Responses

Neutral:

  • volume_up
    Nous mangeons pour vivre. Rien de moins. Refuser de s'alimenter signifie la mort. Sachez que je suis heureux de pouvoir partager ce repas avec vous.

Aime:

  • volume_up
    Hmm, ce plat sent divinement bon ! J'en suis très friand. Vous aussi, vous l'aimez bien ?

N'aime pas:

  • volume_up
    Je n'apprécie pas vraiment ce genre de plats, mais... je ne peux pas me montrer difficile. Je vais manger en me pinçant le nez !

Soutien C

volume_up
Hilda: Bouah, j'ai trop mangééé ! Vous voulez finir, Professeur ?

volume_up
Claude: N'acceptez pas. Les cadeaux d'Hilda ont toujours un prix. Elle vous demandera sûrement un service en échange.


Soutien B

volume_up
Claude: Ce repas est bien trop frugal pour moi. Qu'il serait agréable d'avoir de somptueux banquets quotidiens...

volume_up
Hilda: Les banquets s'apprécient d'autant plus qu'ils sont occasionnels. Si nous en organisions chaque jour, ça deviendrait vite une corvée.


Soutien A

volume_up
Hilda: Grâce à vous deux, j'ai l'honneur et le privilège de me régaler aujourd'hui.

volume_up
Claude: Déjeuner tout en étant abreuvé de compliments par Hilda, cela n'a vraiment pas de prix. N'est-ce pas vrai, Professeur ?


Soutien C

volume_up
Lorenz: Professeur, si vous teniez à inviter quelqu'un à partager notre repas, j'aurais nettement préféré une charmante demoiselle.

volume_up
Claude: Pour ma part, cela ne me dérange pas de laisser ce noble guindé rester à notre table. Il ne me gâchera pas le plaisir de partager ce repas avec le professeur.


Soutien B

volume_up
Claude: Lorsque nous mangeons ensemble, je me sens toujours forcé de surveiller mes manières. C'est pesant.

volume_up
Lorenz: Tant mieux. Vous devriez suivre l'étiquette en toute occasion. Vous restez un noble même quand je ne vous regarde pas.


Soutien A

volume_up
Lorenz: Si nous évoluons socialement, nous n'aurons probablement plus autant d'occasions de manger ainsi ensemble.

volume_up
Claude: Vous avez raison. Alors faisons de ce moment un souvenir merveilleux... Ou plutôt, mangeons sans nous chamailler, ce sera déjà bien.